Fibrome utérin

Tumeur bénigne la plus fréquente chez la femme, le fibrome utérin peut entraîner une augmentation de volume et/ou une déformation de l’utérus associée à des douleurs, des saignements abondants ainsi qu’à des risques de stérilité et de fausse couche. Avec Ipsen, apprenez-en plus sur cette pathologie, son diagnostic et ses différents traitements.

Un grand nombre de fibromes utérins ne causent aucun symptôme et ne nécessitent donc pas de traitement mais une simple surveillance médicale.

Concernant les fibromes qui représentent une gêne pour les patientes, plusieurs solutions thérapeutiques permettent de réduire leurs symptômes :

  • Les traitements médicamenteux : des médicaments antalgiques peuvent être prescrits en cas de douleurs pelviennes. Ils peuvent être accompagnés de progestatifs (hormones stéroïdiennes similaires à la progestérone) qui permettent de lutter contre l’hyperoestrogénie (taux élevé d’œstrogènes dans le sang) et ainsi diminuer les saignements. D’autres traitements hormonaux, tels que les analogues de la GnRH (GnRH=hormone de libération des gonadotrophines) pour une durée maximale de 3 mois, peuvent réduire le volume des fibromes en vue d’une opération chirurgicale ou à l’approche de la ménopause (qui fera disparaître les symptômes).
  • Les traitements chirurgicaux : en cas d’hémorragies, de douleurs intenses, d’infertilité ou de tumeurs de gros volume, la chirurgie est envisagée. Selon le nombre, la taille, la localisation des fibromes et la situation personnelle de la patiente, le chirurgien peut procéder à :
    • une myomectomie, technique qui consiste à retirer uniquement les fibromes, permettant ainsi une grossesse ultérieure mais avec le risque de voir apparaître de nouveaux fibromes ;
    • une hystérectomie (ablation de l’utérus).
  • L’embolisation artérielle : alternative à la chirurgie pour les patientes ne souhaitant pas de grossesse ultérieure, cette technique consiste à injecter un produit dans certains vaisseaux sanguins du fibrome afin de les obstruer. En diminuant l’afflux sanguin, la tumeur rétrécit et les symptômes s’atténuent.
  • La technique par ultrasons : parmi les nouvelles techniques existantes, la méthode par ultrasons est un traitement à base de chaleur qui utilise des ultrasons de haute intensité guidés par IRM de façon complètement non-invasive. Cette méthode est idéalement adaptée aux femmes n’ayant aucune cicatrice sur l’abdomen et un petit nombre de fibromes utérins convenablement situés (sans que l’intestin soit dans le faisceau des ultrasons).

Tumeur

bénigne la plus fréquente chez la femme.

De 20% à 50%

des femmes touchées après l’âge de 30 ans.

1ère

cause d’ablation de l’utérus en France.

Mise à jour le : 18/10/2017